Archives par mot-clé : Jeunes majeurs

Invitation au lancement de la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté

Le CNDPF a été invité à la présentation par Emmanuel Macron, de la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté. Nous serons attentifs à la déclinaison des propositions du Président de la République. Les enfants sont au cœur de cette stratégie de lutte. Quelques points forts : un renforcement des missions de la PMI, une réforme des modes d’accueil, une attention portée au développement langagier des tout-petits les plus fragiles notamment par des formations insistant sur le développement du langage pour les professionnels de la petite enfance et les enseignants de maternelle, la réduction du nombre d’enfants à la rue (résorption des bidonvilles, rénovation du logement insalubre, lutte contre les marchands de sommeil. Au 1er janvier 2019 débutera la mise en place de 7500 places supplémentaires pour héberger les familles sans logement). Des mesures qui visent aussi à la prévention du décrochage scolaire, et un soutien aux jeunes majeurs de l’ASE (la Stratégie prévoit un engagement contractualisé de l’Etat avec les départements pour les 18-21 ans pour « empêcher que des jeunes ne se retrouvent sans solution d’accompagnement à la sortie de l’Aide Sociale à l’Enfance). Le Plan pauvreté couvre un champ très large, et se focalise fortement sur l’enfance et la jeunesse.
En conclusion de son discours, Emmanuel Macron affirme vouloir « éradiquer la pauvreté à l’échelle d’une génération ».
Nous portons espoir que ce plan s’inscrive véritablement malgré un contexte budgétaire tendu.

La suppression du pécule des jeunes majeurs ?

Au sénat le mercredi 8 novembre 2017, un amendement a été adopté en commission des affaires sociales : il supprime le pécule, voté en mars 2016, en faveur des enfants placés par l’aide sociale à l’enfance. Le débat est ouvert sur les réseaux sociaux (FB et tweeter). Le CNDPF a contesté cette mesure prise en 2016, et avait à deux reprises développé ses arguments auprès de Madame Rossignol alors ministre. Nos arguments restent solides et valables face à cette nouvelle polémique. Nous pensons que le sort des jeunes majeurs demande une autre forme de réponse, et qu’il est urgent de s’en préoccuper sérieusement. Pour autant nous restons toujours fortement dubitatifs sur cette mesure.
Voici notre courrier en 2016.

2016 05 lettre ministre

Une Allocation mal ordonnée – LIEN SOCIAL n°1208