La Fable de Michel Billé (forum 2017)

forum paris 011Je n’te dis pas la honte!!!

Il arrive que nous ressentions

Des sentiments, des émotions

Presqu’inavouables et nous n’osons

Les partager, nous ne pouvons

Que les cacher, nous nous taisons…

Alors je n’te dis pas la honte!

La vie de certains d’entre nous

Peut ainsi prendre un drôle de goût

Passer du plaisir au dégoût

Quand la honte, présente partout

Ronge, envahit, et détruit tout…

Alors je n’te dis pas la honte!

Cela commence dès l’enfance

Quoi qu’on fasse, qu’on dise et qu’on pense

On saisit l’extrême importance

De la manière dont on lance

Un enfant dans son existence

Alors je n’te dis pas la honte!

Déjà quand il était petit

À l’école on lui avait dit

De n’pas se comporter ainsi

Ses parents auraient honte de lui

S’il continuait à faire au lit…

Alors Je n’te dis pas la honte!

C’était pareil à la maison

Bien qu’il soit un gentil garçon

On lui faisait toujours la leçon:

Jamais ne deviendrait champion

De tennis ou de ballon rond…

Alors Je n’te dis pas la honte!

Plus tard au collège, au lycée

Il faillit bien se faire virer

Toujours puni, souvent collé,

Jamais il ne put décrocher

Les diplômes tant convoités

Alors Je n’te dis pas la honte!

Après l’école ce fut galère,

Sans travail, chômeur comme son père,

Sans argent, sans joie, pas très fier

De vivre demain comme hier

Sans espoir et même sans colère !

Alors je n’te dis pas la honte…

Et puis il trouva un boulot

Pas passionnant, mais quand il faut…

Petit salaire, boulot, dodo…

Pas la misère, juste ce qu’il faut

Manger un peu, dormir au chaud…

Alors, je n’te dis pas la honte!

Il rencontra une jeune femme

Vécurent ensemble, ce fut le drame,

Le chômage, les dettes, quel programme!

Vivre tout cela c’est infâme…

Pour un jeune homme, une jeune femme…

Alors je n’te dis pas la honte!

Ils eurent un gamin, bientôt deux,

Et dès lors tout fut laborieux,

Tout s’enchaina défectueux

Mais quand rien ne va, c’est curieux

Comme tout devient calamiteux!

Alors je n’te dis pas la honte !

Dans l’alcool il se réfugia

Se mit à boire, s’enivra

Elle ne pouvait supporter ça

Elle prit les gosses, elle s’en alla.

Coupable, lui se détesta

Alors je n’te dis pas la honte!

Il reçut une convocation

Chez le juge qu’il le veuille ou non!

Il dut alors verser pension

Sa femme aurait les prestations

Un délégué f’rait la gestion…

Alors je n’te dis pas la honte!

L’ASE, les enfants protégés,

L’aide à la gestion du budget,

Notre homme se sentait humilié…

Convaincu d’avoir tout raté

Et de ne pouvoir s’en tirer…

Alors je n’te dis pas la honte!

Un jour pourtant, le délégué

Qui connaissait bien son dossier

Prit le temps de s’y arrêter,

Lui proposa de discuter

De voir quels étaient ses projets…

Alors il ressentit la honte…

Mais cet’ fois il put l’exprimer

Et dire qu’il était torturé

De vivre ainsi, rien que l’idée

De voir ses enfants s’éloigner

Le rendait triste à en pleurer…

Il commençait à dire sa honte!

Il lui fallut beaucoup de temps

Pour vivre un peu plus normalement

Pour récupérer ses enfants,

Vivre avec eux de temps en temps,

Arrêter de boire, difficilement

Il pouvait enfin dire sa honte…

La honte qu’il éprouvait si bien

Depuis qu’un jour pour trois fois rien

Son père lui avait dit « Vaurien!

Tu n’s’ras jamais qu’un bon à rien! »

Il était fixé par ce lien…

Depuis je n’te dis pas la honte…

Morale… Alors dire ou ne pas dire la honte?

Il faut la dire évidemment

Pour s’en défaire, avec le temps

Et nous pouvons en l’écoutant

L’entendre, l’atténuer justement,

Pour que notre homme et ses enfants

Puissent un jour vivre dignement…

Michel Billé.

Paris le 3/10/2017

Bruno Ségissement
Personne ressource auprès du conseil d'administration du CNDPF
ex chef de service DPF et AEMO

Laisser un commentaire