Quand la CNAF discrimine (1) les familles bénéficiaires de mesures d’AGBF…

   Aujourd’hui, les familles bénéficiaires de mesures d’Aide à la Gestion du Budget Familial exercées par les services employeurs de Délégués aux Prestations Familiales, (inscrits au 15° de l’Art L -1 du CASF) se voient verser leurs rappels de prestations familiales dans des conditions qui ne sont pas celles de l’allocataire lambda (2).

   En effet, lors d’une récente rencontre avec la direction de la CAF des Côtes d’Armor, il nous a été confirmé que les CAF au niveau national, ne procédaient qu’à deux paiements par mois et à dates fixes, pour tous rappels de prestations (ou reprise de paiement consécutive à une suspension de droits par exemple…) qui concernent les allocataires suivis par les services en charge de mesures d’accompagnement éducatif et budgétaire.

Ainsi, nombre de familles dont les revenus se limitent aux seules prestations familiales, qui pour quelque raison administrative que ce soit ne perçoivent pas leurs prestations au 5 du mois, se trouvent dans l’obligation de solliciter leurs proches ou encore des aides financières et associations caritatives, afin de répondre aux besoins de leurs enfants, dans l’attente de l’un « des deux paiements groupés de la CAF » ! Et puis il y a celles qui ne sollicitent personne, et pour lesquelles les Délégués aux Prestations Familiales sont démunis, quand bien même ils exercent une mesure d’assistance éducative centrée sur ces mêmes prestations familiales.

Deux questions en guise de conclusion :

Quid de l’égalité dans le traitement des allocataires des CAF, qui plus est lorsque le traitement le moins avantageux concerne les plus fragiles ?

Quid du respect de la décision du juge des enfants, sensée permettre que « les prestations soient employées  aux besoins liés au logement, à l’entretien à la santé et à l’éducation des enfants », et non pénaliser des familles dont les enfants ont besoin d’être protégés ?

(1) Discriminer : Traiter défavorablement certains groupes humains via la réduction arbitraire de leurs droits et contraire au principe de l’égalité en droit.

(2 Ce constat vaut également pour les majeurs bénéficiant de mesures de protection juridique exercées par les services tutélaires.

Sylviane COADOU

Chef de service à l’ACAP 22, Référente « Enfance Famille / Mesures d’AGBF »

Administrateur du CNDPF pour l’ACAP 22

La Fable de Michel Billé (forum 2017)

forum paris 011Je n’te dis pas la honte!!!

Il arrive que nous ressentions

Des sentiments, des émotions

Presqu’inavouables et nous n’osons

Les partager, nous ne pouvons

Que les cacher, nous nous taisons…

Alors je n’te dis pas la honte!

La vie de certains d’entre nous

Peut ainsi prendre un drôle de goût

Passer du plaisir au dégoût

Quand la honte, présente partout

Ronge, envahit, et détruit tout…

Alors je n’te dis pas la honte!

Cela commence dès l’enfance

Quoi qu’on fasse, qu’on dise et qu’on pense

On saisit l’extrême importance

De la manière dont on lance

Un enfant dans son existence

Alors je n’te dis pas la honte!

Déjà quand il était petit

À l’école on lui avait dit

De n’pas se comporter ainsi

Ses parents auraient honte de lui

S’il continuait à faire au lit…

Alors Je n’te dis pas la honte!

C’était pareil à la maison

Bien qu’il soit un gentil garçon

On lui faisait toujours la leçon:

Jamais ne deviendrait champion

De tennis ou de ballon rond…

Alors Je n’te dis pas la honte!

Plus tard au collège, au lycée

Il faillit bien se faire virer

Toujours puni, souvent collé,

Jamais il ne put décrocher

Les diplômes tant convoités

Alors Je n’te dis pas la honte!

Après l’école ce fut galère,

Sans travail, chômeur comme son père,

Sans argent, sans joie, pas très fier

De vivre demain comme hier

Sans espoir et même sans colère !

Alors je n’te dis pas la honte…

Et puis il trouva un boulot

Pas passionnant, mais quand il faut…

Petit salaire, boulot, dodo…

Pas la misère, juste ce qu’il faut

Manger un peu, dormir au chaud…

Alors, je n’te dis pas la honte!

Il rencontra une jeune femme

Vécurent ensemble, ce fut le drame,

Le chômage, les dettes, quel programme!

Vivre tout cela c’est infâme…

Pour un jeune homme, une jeune femme…

Alors je n’te dis pas la honte!

Ils eurent un gamin, bientôt deux,

Et dès lors tout fut laborieux,

Tout s’enchaina défectueux

Mais quand rien ne va, c’est curieux

Comme tout devient calamiteux!

Alors je n’te dis pas la honte !

Dans l’alcool il se réfugia

Se mit à boire, s’enivra

Elle ne pouvait supporter ça

Elle prit les gosses, elle s’en alla.

Coupable, lui se détesta

Alors je n’te dis pas la honte!

Il reçut une convocation

Chez le juge qu’il le veuille ou non!

Il dut alors verser pension

Sa femme aurait les prestations

Un délégué f’rait la gestion…

Alors je n’te dis pas la honte!

L’ASE, les enfants protégés,

L’aide à la gestion du budget,

Notre homme se sentait humilié…

Convaincu d’avoir tout raté

Et de ne pouvoir s’en tirer…

Alors je n’te dis pas la honte!

Un jour pourtant, le délégué

Qui connaissait bien son dossier

Prit le temps de s’y arrêter,

Lui proposa de discuter

De voir quels étaient ses projets…

Alors il ressentit la honte…

Mais cet’ fois il put l’exprimer

Et dire qu’il était torturé

De vivre ainsi, rien que l’idée

De voir ses enfants s’éloigner

Le rendait triste à en pleurer…

Il commençait à dire sa honte!

Il lui fallut beaucoup de temps

Pour vivre un peu plus normalement

Pour récupérer ses enfants,

Vivre avec eux de temps en temps,

Arrêter de boire, difficilement

Il pouvait enfin dire sa honte…

La honte qu’il éprouvait si bien

Depuis qu’un jour pour trois fois rien

Son père lui avait dit « Vaurien!

Tu n’s’ras jamais qu’un bon à rien! »

Il était fixé par ce lien…

Depuis je n’te dis pas la honte…

Morale… Alors dire ou ne pas dire la honte?

Il faut la dire évidemment

Pour s’en défaire, avec le temps

Et nous pouvons en l’écoutant

L’entendre, l’atténuer justement,

Pour que notre homme et ses enfants

Puissent un jour vivre dignement…

Michel Billé.

Paris le 3/10/2017

La suppression du pécule des jeunes majeurs ?

Au sénat le mercredi 8 novembre, un amendement a été adopté en commission des affaires sociales : il supprime le pécule, voté en mars 2016, en faveur des enfants placés par l’aide sociale à l’enfance. Le débat est ouvert sur les réseaux sociaux (FB et tweeter). Le CNDPF a contesté cette mesure prise en 2016, et avait à deux reprises développé ses arguments auprès de Madame Rossignol alors ministre. Nos arguments restent solides et valables face à cette nouvelle polémique. Nous pensons que le sort des jeunes majeurs demande une autre forme de réponse, et qu’il est urgent de s’en préoccuper sérieusement. Pour autant nous restons toujours fortement dubitatifs sur cette mesure.
Voici notre courrier en 2016.

2016 05 lettre ministre

Lutte contre la pauvreté : nomination d’Olivier Noblecourt

Lutte contre la pauvreté : nomination d’Olivier Noblecourt

Olivier Noblecourt a été nommé délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes, lors du conseil des ministres du 15 novembre 2017. Cette nomination fait suite au décret du 23 octobre 2017.

Les missions du délégué
Organiser la concertation avec les principaux acteurs du champ de la prévention et de la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes.
Coordonner, au niveau interministériel, les travaux de préparation de la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes et de rédaction des projets de textes législatifs et réglementaires.
Assurer le suivi de la mise en œuvre de cette stratégie.
Il rendra compte de ses travaux au Premier ministre et à la ministre des Solidarités et de la Santé.

la vie des régions

Lors de notre dernier forum national à Paris les 02 et 03 octobre derniers, les participants ont été invités à inscrire le nom des services DPF et les coordonnées mail des référents par service.

Le report des informations a été effectué. Pour certains départements n’apparait pas de services, pour d’autres, manque les coordonnées mail des référents, enfin des erreurs de report des indications manuscrites ont pu se produire.

Avant de finaliser cet annuaire des régions, je vous remercie de bien vouloir :

  • Vérifier vos coordonnées
  • Compléter vos coordonnées
  • Transmettre ces demandes autour de vous dans vos départements, vos régions

et transmettre ces informations à l’adresse suivante philippe.boucquiaux@adaea-27.com

Avec tous nos remerciements

tableau Région

 

Un délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes

Un délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes

Un décret du 23 octobre 2017 institue un délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes, placé auprès du ministre des Solidarités et de la Santé.

Il a pour missions :

d’organiser la concertation avec les principaux acteurs du champ de la prévention et de la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes ;
de coordonner, au niveau interministériel, les travaux de préparation de la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes et de rédaction des projets de textes législatifs et réglementaires ;
d’assurer le suivi de la mise en œuvre de cette stratégie.
Il rendra compte de ses travaux au Premier ministre et à la ministre des Solidarités et de la Santé. Il sera nommé prochainement.

Pour aller plus loin

Consultez le décret n° 2017-1488 du 23 octobre 2017 instituant un délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes.

Source : https://nexem.fr/actualites/